English below

 

  • COVID du virtuel au réel - exposition collective MAC - Arawak Beach Resort - Août 2021

  • POOL ART FAIR  foire d'art contemporain - Guadeloupe - Juillet 2021

  • COVID exposition collective virtuelle Museum Association of the Caribbean - Avril -> novembre 2021

  • J-EXPOSE exposition virtuelle Fondation Clément - Janvier 2021

  • Sélection FOTOFEVER 2020 – annulée cause COVID

  • FOTOGRAPHES – FEMININS exposition collective Galerie L’Art s’en Mêle – Septembre 2020

  • ART’O VENT exposition collective Carmel de Basse Terre - Novembre 2018

  • ART+RHUM exposition collective - Novembre 2018 - Route du Rhum.

  • OMBRES ET LUMIERES exposition collective à la Maison des Illustres, Schwarz-Bart Goyave – Janvier 2018

  • MAWONAJ, avec Jorge Rovelas - Guadeloupe 2014

  • Exposistion collective - T&T Galerie - Guadeloupe 2014

  • Exposant POOL ART FAIR, foire d’Art Contemporain- Guadeloupe 2014, 2013 et 2012

  • Festival « Créole Blues » de Marie-Galante, illustration de l’exposition de Marie-Line Gary intitulée «L’IVRESSE BLEUE» - mai 2013

  • Exposition collective «TESTOSTERONE», Galerie d’art T§T, Jarry, Baie-Mahault - décembre 2012 - janvier 2013

  • Exposition lors d’un événement, salon Nou byen, Basse- Terre - novembre 2012

ELIE BABEL, dans son expérience de regards invoque son essence et libère une esthétique résolument moderne .

Il crée une dialectique entre l'optique, l'essence du regard et l'observation tant critique qu’autobiographique.

 

Au-delà de l’esthétisme et de la capacité technique, il recherche  des révélateurs du dialogue intérieur, en utilisant souvent l’abstraction pour élever le cœur de Tout au rang d’Art, en révélant des émotions à ceux qui s’arrêtent sur ces clichés.

Selon la mise au point de l’effet recherché,  netteté,  flou et/ou pixélisation, il peint ses tableaux pour élargir le champ de la vision à la réflexion, l’interrogation du vrai dans l’indicible.

 

C’est dans ce courant électrique, celui qui fait battre le cœur de l’humanité, qui éclaire le mieux les ombres et ouvre à la vérité profondément intime qu’il transcrit en utilisant l’appareil comme une chambre claire pour coller au plus proche de la nature universelle.

 

Après l’utilisation d’appareils argentiques puis numériques, il poursuit sa recherche en s’adaptant aux technologies des smartphones sans cependant céder à l’utilisation de flash ou de filtre car sa démarche est d’obtenir le beau en magnifiant le sens de la simple image pour la rendre vision.

 

Là où il est capable d’exprimer l’esthétisme pur d’un paysage comme lors de ses premières expositions de 2012 à 2015, son travail le mène aussi à user de la proximité excessive de l’objet, ce qu’il nomme la Proxi (hyper gros plan).

 

Par la distance focale, il perçoit ce qu’être né et avoir été élevé dans une île caribéenne a ouvert en lui et fait de lui : cette singularité commune d’être à la croisée des mondes.

***************************************

ELIE BABEL, in his experience of sights invokes his essence and releases a resolutely modern aesthetic.

 He creates a dialectic between optics, the essence of the gaze and a critical and autobiographical observation .

 

Beyond aesthetics and technical ability, he's looking for revealers of inner dialogue of each being, using abstraction to raise the heart of everything to Art, revealing emotions to the ones stopping on his shoots.

Depending on the focal point wanted, sharpness, blur and/or pixelization, he creates his own paintings to widen the field of view to thinking, , interrogation of real in the indescripable.

It is in this electric current, the one that makes the heart of Humanity beat, which lights up the shadows et opens to intimate deep truth that he transcripts using camera as a camera lucida to stick as close as possible to universal nature.

 

After performing the film camera then the numeric one, he pursues his quest adapting to the new technologies of smart phones without indulges use of flashes or filters as his research is to obtain beauty magnifying a simple image to regain vision.

 

Where he is capable of expressing pure aesthetics of a landscape to reveal an element as he did in few of exhibitions from 2012 to 2015, his artwork drives him to experiment excessive closeness to the subject, what he calls ‘Proxi” (hyper close-up shot).

Throughout focal distance, he perceives what being born and raised in a Caribbean island has opened in his soul and made of him : this common uniqueness to be at a cross-world.

LBabe